mercredi 20 septembre 2017

Frappe toi le coeur !


S'il y a bien une tradition que je ne rate sous aucun prétexte, depuis maintenant 17 ans, c'est celle qui me conduit fébrilement chez mon libraire, à chaque rentrée littéraire, pour m'emparer du dernier opus écrit par Amélie Nothomb, que je lirai invariablement lors de mon trajet de train suivant.

Amélie est contagieuse : comme une maladie, elle conquiert son public, de bouche à oreille, depuis maintenant 25 ans. J'ai été contaminé en 1999 par une condisciple alors que je suivais un séminaire à Bruges en 1999. Elle m'avait alors vanté la trucculence de "Stupeur et tremblements", roman que j'avais dévoré d'une traite. Il paraît que depuis, j'ai contaminé au moins une de mes amies, qui a probablement elle-même passé le virus à d'autres.

On pourrait valablement se demander ce qu'ils ont de si spécial, ces livres. Plus que le fond, c'est la forme qui attire. Car Amélie, amoureuse de la langue française, nous la sert à sa manière. Elle use volontiers de mots délicieusement désuets, et donne à ses héros des patronymes singuliers, personne d'autre au monde n'imaginant baptiser ses enfants de la sorte.

Les livres d'Amélie sont souvent hilarants. La question de savoir si c'est un effet recherché n'est pas claire. Dans au moins une interview, elle semble s'étonner que l'on s'amuse de sa prose. De fait, à chaque nouveau volume, il semble qu'elle explore des thématiques plus sombres. S'il m'arrivait régulièrement de sourire en lisant "La mécanique des tubes" ou "Antéchrista", c'est déjà moins le cas avec "Tuer le père" ou "Frappe toi le coeur". 

Dans ce dernier opus, Amélie explore la relation compliquée entre une mère et sa fille aînée, une relation toxique, faite de jalousie et de ressentiment. Le tout est vu du point de vue de la jeune fille, qui analyse les choses avec son regard d'enfant, avant de grandir et de porter un regard plus sévère sur le monde et sur sa mère... Un roman sombre et sinistre donc, en accord avec les productions les plus récentes de l'auteur.

Aucun commentaire: